Harmonisation.
[cyclowiki.git] / Agenda / 2014 / 10 / 27 / 19h00-22h00 / Statuts_-_Règlement_intérieur.mdwn
1 [[!tag
2 Cyclofficine
3 Gouvernement/Réunion
4 Gouvernement/Groupe_de_Travail
5 ]]
6
7 [[!sidebar var=TOC content="""
8 # Sommaire
9 [[!toc levels=3]]
10
11 # Qui ?
12 [[!poll id="qui" multiple="yes"
13 0="Martin Paul Romain Severine" "[[Cyclofficine d’Ivry|Cyclofficine/Ivry]]"
14 0="Aline Anne-Lise julm Giampiero Giuso Romain Severine" "[[Cyclofficine de Paris|Cyclofficine/Paris]]"
15 0="Aline Giampiero Marie Severine Thomas" "[[Cyclofficine de Pantin|Cyclofficine/Pantin]]"
16 0="Giuso Stef Tilman Nicolas" "sans moi =("
17 ]]
18
19 # La tyrannie de l’absence de structure
20 Ci-dessous des extraits d’une lecture proposée
21 au collectif par [[Camarade/Martin]] :
22 [La tyrannie de l’absence de structure](https://infokiosques.net/lire.php?id_article=2),
23 Jo Freeman, mai 1970 (!).
24
25 ## Structures formelles et informelles
26 > Afin que toute personne aie l’opportunité de s’investir dans un
27 > groupe ou d’en anticiper les activités, la structure de celui-ci
28 > devra être explicite, et non implicite. Les normes de prise de
29 > décisions doivent être ouvertes et connues de toutes, ce qui
30 > n’arrivera que si elles sont formalisées ; cela ne signifie pas
31 > que la formalisation de la structure d’un groupe détruit
32 > nécessairement sa structure informelle, en général ce n’est pas
33 > ce qui se passe, par contre cela empêche que la structure
34 > informelle détienne un contrôle prédominant, et en même temps
35 > cela offre de meilleurs moyens pour se préserver de gens qui
36 > seraient investis sans répondre aux nécessités générales du groupe.
37
38  
39 > Un groupe «* laisser-faire *» est aussi réaliste qu’une société
40 > «* laisser-faire *» : la notion de groupe sans structure se
41 > transforme en un rideau de fumée qui favorise les fort-e-s ou
42 > celleux qui peuvent établir leur hégémonie indiscutable sur les
43 > autres. Cette forme d’hégémonie peut s’établir très facilement,
44 > parce que la notion «* d’absence de structure *» n’empêche pas la
45 > formation de structures informelles : elle n’empêche que celle
46 > des structures formelles. De même, la philosophie du
47 > «* laisser-faire *», en économie, n’a pas empêché les puissants
48 > d’établir un contrôle sur les salaires, les prix et la
49 > distribution des biens ; elle a juste empêché que ce soit le
50 > gouvernement qui le fasse. Ainsi, l’absence de structure
51 > féministe est en général défendue par celles qui détiennent
52 > davantage de pouvoir (qu’elles en soient ou non conscientes).
53
54 ## Le système des stars
55 > Ce qui a été constaté jusqu’ici comporte deux conséquences
56 > potentiellement négatives dont nous devons être conscient-e-s.
57 >
58 > - La première est que la structure informelle gardera une grande
59 > similitude avec une confrérie tant qu’on écoutera quelqu’un-e
60 > parce qu’ille nous plaît bien et non parce qu’ille dit des
61 > choses significatives. [...]
62 > - La seconde conséquence négative se trouve dans
63 > le fait que les structures informelles n’obligent pas les
64 > personnes qui l’intègrent à répondre face au groupe en général.
65 > Le pouvoir qu’elles exercent ne leur a pas été confié, et donc
66 > ne peut pas leur être arraché.
67 > Leur influence ne se base pas sur ce qu’elles font
68 > pour le groupe, et donc elles ne peuvent être
69 > directement influencées par celui-ci.
70 >
71 > Il ne faut pas nécessairement déduire de ce qui précède que les structures
72 > informelles donnent lieu à un comportement irresponsable face au
73 > groupe, puisque les personnes qui souhaitent maintenir leur
74 > influence sur le groupe essaieront en général de répondre à ses
75 > attentes, mais le fait est que le groupe ne peut pas exiger
76 > cette responsabilité, il dépend des intérêts de l’élite.
77
78 ## L’impuissance politique
79 > Si le mouvement continue à éluder délibérément la responsabilité
80 > de désigner les personnes qui exercent le pouvoir, il continuera
81 > à être dépourvu de moyens pour l’abolir ; de fait son attitude
82 > se réduit à abdiquer le droit d’exiger que ces personnes qui de
83 > fait l’exercent en soient responsables. Ainsi, si le mouvement
84 > s’engage à diluer le pouvoir au maximum parce qu’il sait qu’il
85 > ne peut exiger aucune responsabilité des personnes qui
86 > l’exercent, il empêchera qu’un groupe ou qu’une personne le
87 > domine totalement, mais il garantira en même temps son
88 > inefficacité politique maximale. Il faut trouver une solution
89 > intermédiaire entre les structures de domination et l’inefficacité.
90
91  
92 > Certains groupes, quand ils ne sont pas très grands, et quand
93 > ils travaillent à petite échelle, centrent leur activité sur des
94 > projets locaux. Cependant cette option restreint l’activité du
95 > mouvement à un niveau local, et le coupe d’une incidence
96 > régionale ou nationale. Ainsi ces groupes, qui ont l’objectif
97 > d’avoir un fonctionnement efficace, en restent finalement au
98 > stade du groupe informel d’amies, ce qui exclut beaucoup
99 > d’autres femmes : dans la mesure où la seule façon accessible de
100 > participer au mouvement passe par les petits groupes, les femmes
101 > qui n’ont pas l’esprit grégaire se trouvent notablement
102 > désavantagées. Et dans la mesure où la principale façon de mener
103 > une activité organisée se limite aux groupes d’amies, l’élitisme
104 > reste finalement institutionnalisé.
105
106 ## Principes pour une structuration démocratique
107
108 > Une fois que le mouvement aura cessé de s’accrocher à
109 > l’idéologie de «* l’absence de structure *», il aura la possibilité
110 > de développer les formes d’organisation qui seront davantage en
111 > accord avec son fonctionnement. Ce qui ne veut pas dire que nous
112 > devions rejoindre l’extrême inverse, et imiter aveuglément les
113 > formes traditionnelles d’organisation, mais nous ne devons pas
114 > non plus toutes les rejeter avec le même aveuglement, certaines
115 > des techniques traditionnelles seront utiles bien
116 > qu’imparfaites, d’autres nous donneront une idée de ce que nous
117 > devons ou ne devons pas faire pour atteindre des objectifs
118 > déterminés avec un coût minimum pour les personnes qui composent
119 > le mouvement. Par-dessus tout, nous devrons essayer différentes
120 > formes de structuration et développer différentes techniques à
121 > utiliser dans différentes situations. Le système de **tirage au sort**
122 > est l’une des idées qui sont nées dans le mouvement ;
123 > il n’est pas applicable à toutes les situations, bien qu’il soit
124 > utile dans quelques-unes. Il faudrait plus d’idées pour
125 > développer une structure, mais avant de commencer toute
126 > expérimentation intelligente, nous devons accepter l’idée qu’il
127 > n’y a rien de pernicieux qui soit inhérent à la structure
128 > elle-même, il n’y a de pernicieux que sa présence excessive.
129 > Pendant que nous débutons ce processus d’essai-erreur, nous
130 > pouvons garder en tête certains principes qui sont fondamentaux
131 > pour toute structuration qui aspire à être à la fois
132 > démocratique et politiquement efficace.
133 >
134 > Ces principes sont :
135 >
136 > 1. La délégation, par des méthodes démocratiques, de formes
137 > spécifiques d’autorité, à des personnes concrètes et pour des
138 > tâches délimitées. Permettre que certaines personnes assument
139 > des travaux ou des tâches par défaut ne veut pas dire que
140 > celles-ci ne seront pas réalisées sérieusement. Si une personne
141 > est sélectionnée pour accomplir une tâche, de préférence après
142 > qu’elle ait exprimé son intérêt et sa volonté de la mener à
143 > bien, elle prend un engagement qui ne peut être facilement
144 > ignoré.
145 >
146 > 2. Exiger des personnes à qui une autorité a été déléguée
147 > qu’elles soient responsables devant celles qui l’ont élue.
148 > De cette manière le groupe garde un contrôle sur les personnes qui
149 > se trouvent en position d’autorité. Des individus isolés
150 > exercent un pouvoir mais c’est le groupe qui a le dernier mot
151 > sur la façon sont ils doivent l’exercer.
152 >
153 > 3. La distribution de l’autorité au plus grand nombre de
154 > personnes raisonnablement possible, ce qui empêche que ne se
155 > crée un monopole du pouvoir, et exige des personnes qui se
156 > trouvent à des postes d’autorité qu’elles en consultent beaucoup
157 > d’autres dans leur exercice de cette autorité. Cela permet
158 > également à beaucoup de gens d’acquérir une responsabilité sur
159 > des tâches spécifiques, et ainsi, de se développer en
160 > différentes facettes.
161 >
162 > 4. Rotation des postes entre différentes personnes. Désigner une
163 > personne à un poste parce qu’elle suscite la sympathie quand
164 > elle s’y trouve, ou gêner son travail parce qu’elle n’en suscite pas,
165 > ne profite à long terme ni au groupe ni à la personne en question.
166 > La capacité, l’intérêt et la responsabilité doivent
167 > être les critères qui comptent dans une telle sélection. En ce
168 > sens, il faut favoriser des opportunités pour que les gens
169 > acquièrent de nouvelles capacités, mais la meilleure façon d’y
170 > arriver passe par un «* **programme d’apprentissage** *», et non par la
171 > méthode qui consiste à « se jeter à l’eau pour apprendre à
172 > nager ». Assumer une responsabilité que l’on ne maîtrise pas est
173 > démoralisant, et à l’inverse, se trouver dans une liste noire
174 > pour agir correctement n’est pas très encourageant pour
175 > développer ses facultés. Tout au long de l’Histoire, on a
176 > empêché les femmes d’agir de maniére compétente, et il n’est pas
177 > nécessaire que le mouvement reproduise le même processus.
178 >
179 > 5. Diffusion de l’information à tout le monde, le plus
180 > fréquemment possible. **L’information est pouvoir**. L’accès à
181 > l’information augmente le pouvoir individuel. (...) Plus on en
182 > sait sur le fonctionnement de quelque chose et plus on a
183 > d’information sur ce qui se passe, plus l’efficacité politique
184 > des membres du groupe est grande.
185 >
186 > 6. Accès égalitaire à toutes les ressources dont le groupe a
187 > besoin, ce qui n’est pas toujours faisable. Bien qu’une membre
188 > qui entretient un monopole sur une ressource nécessaire (un
189 > labo-photo, une photocopieuse à laquelle elle a accès par le
190 > biais de son mari...) doive se proposer, elle peut conditionner
191 > l’accès à cette ressource de manière excessive. Les
192 > connaissances des différentes membres peuvent être équitablement
193 > accessibles si ces dernières sont disposées à les apprendre aux
194 > autres, à échanger du matériel, etc.
195 >
196 > Si ces principes sont appliqués, il est garanti que, quelles que
197 > soient les structures développées par les différents groupes du
198 > mouvement, celles-ci restent contrôlées et répondent face au
199 > groupe. L’ensemble des personnes qui se trouvent à des postes
200 > d’autorité sera vaste, flexible, ouvert et temporaire. Elles ne
201 > pourront pas institutionnaliser leur pouvoir parce que les
202 > décisions seront prises par l’ensemble du groupe en dernière
203 > instance. Celui-ci aura la possibilité de décider des personnes
204 > qui exercent l’autorité en son sein.
205
206 """]]
207
208 # Quoi ?
209 Seconde réunion visant la rédaction
210 de [[Gouvernement/Document/Statuts]]
211 et d’un [[Gouvernement/Document/Règlement_intérieur]]
212 adaptés au fonctionnement des [[Cyclofficine]].
213
214 # Où ?
215 Au [18 rue Cité Leclaire](http://www.openstreetmap.org/?mlat=48.86080&mlon=2.40612#map=19/48.86080/2.40612),
216 dans le quartier [[Lieu/Paris/20/Saint-Blaise]] :
217 où nous serons accueilli-e-s gracieusement
218 dans la salle de réunion de [[Société/Liazo]].
219
220 <iframe width="100%" height="250" frameborder="0" scrolling="no" marginheight="0" marginwidth="0"
221 src="https://www.openstreetmap.org/export/embed.html?bbox=2.4047398567199707%2C48.86037046725127%2C2.40750253200531%2C48.86123159215559&amp;layer=mapnik&amp;marker=48.860801031555376%2C2.4061211943626404"
222 style="border: 1px solid black; vertical-align:middle;"></iframe>
223
224 # Ordre du jour
225 0. Poursuite de la lecture commentée
226 des articles des présents [[Gouvernement/Document/Statuts]].
227
228 # Compte rendu
229
230 ## Révision des [[Gouvernement/Document/Statuts]]
231
232 ### Art. 2 — L’objet social
233 > Promotion active de l’usage du vélo en milieu urbain,
234 > afin de concourir à la préservation de l’environnement, à la prévention des déchets,
235 > à la vélonomie des personnes, au partage des savoirs et savoir-faire,
236 > à l’amélioration du cadre de vie et à la préservation de la santé des individu-e-s ;
237 > en facilitant l’acquisition, l’entretien et la réparation des bicyclettes.
238 > La cohésion sociale et le réemploi des vélos et des pièces détachées inutilisées,
239 > facilitent une mobilité saine et accessible au plus grand nombre ;
240 > L’activité de l’association se fonde sur la coopération et la solidarité
241 > entre ses usager-e-s et entre ses pairs.
242
243 * [[Camarade/Marie]] : est-ce que si l’objet est trop long, on s’enferme pas
244 dans trop de précision qui nous priverait de possibles [[Financement/subvention]]s ?
245 * [[Camarade/Aline]] : plus y a de mots clés, donc plus l’objet est détaillé, mieux c’est.
246 * [[Camarade/Anne-Lise]] : insérer « *essaimage* » dans l’objet ce qui rendrait l’objet plus universel ?
247 * [[Camarade/Aline]] : je pense que ce n’est pas l’objet des [[Cyclofficine]] de faire des bébés.
248 * [[Camarade/julm]] : je pense tout de même qu’il est important d’inscrire dans l’objet
249 ou ailleurs dans les [[Gouvernement/Document/Statuts]]
250 une volonté de rester à *taille humaine*,
251 par ex., comme [L’Autre Net](http://www.lautre.net/IMG/pdf/Statuts.pdf) :
252 passé un certains nombre d’[[Camarade/adhérent-e]]-s
253 on pourrait se contraindre fortement à accompagner d’autres structures à s’ouvrir.
254 * [[Camarade/Severine]] : ok que faire des cyclos partout c’est pas le but,
255 mais promouvoir le vélo ça passe par le fait d’accompagner d’autres structures
256 à faire la même chose. Pas d’essaimage mais accompagnement.
257 * [[Camarade/Marie]] : ce n’est pas long comme objet ?
258 * Collectif : non, ça va.
259 * [[Camarade/PierreL]] : il faut détailler un peu car on ne peut rien faire en
260 dehors de ce qui est écrit dans les [[Gouvernement/Document/Statuts]],
261 il faut se laisser la possibilité de faire ce qui doit l’être.
262 * Collectif : questionnement sur le mentionnement du [[salariat]] dans l’objet,
263 relecture du [[Compte rendu de la semaine dernière|21/19h00-22h00/Statuts_-_Règlement_intérieur/]],
264 non le [[salariat]] est davantage un moyen qu’une fin.
265 * [[Camarade/julm]] : possible de remplacer
266 « *tisser du [[Vélosophie/Autodéfense-intellectuelle/Langue_de_bois/lien_social]]* »
267 par « *cohésion sociale* » ?
268 * Collectif : ok
269
270 ### Art. 3 — L’identité
271 > * Le siège social est fixé à TODO
272 > * Il pourra être transféré par TODO
273
274  
275 > **NOTE** : Pas nécessaire d’écrire l’adresse complète, on peut laisser la ville.
276
277 ### Art. 4 — La durée
278 > L’association est constituée pour une durée indéterminée.
279
280 ### Art. 5 — Les membres
281 L’association est composée d’[[Camarade/adhérent-e]]s...
282
283 * [[Camarade/Paul]] : ajouter aux [[Gouvernement/Document/Statuts]] actuels les [[Camarade/salarié-e]]s
284 * [[Camarade/julm]] :
285 - Avant de définir les catégories de membres,
286 il faudrait déterminer les valeurs de l’association
287 - Pour ce qui est des membres, j’en vois quatres sortes :
288 - travailleur-euse-s salarié-e-s.
289 - travailleur-euse-s bénévoles,
290 - personnes usagères,
291 - et structures usagères.
292 - Je trouve important de préciser pour chaque catégorie
293 s’il y a un type de discrimination (biologique, sociale, ..) ou non,
294 et un type de cooptation ou non.
295 * [[Camarade/Giampiero]] : pas d’[[adhésion]] aux mineur-e-s.
296 * [[Camarade/Severine]] : j’en ai fait.
297 * [[Camarade/Marie]] : on en fait, juste on veut voir les parent-e-s.
298 * [[Camarade/Aline]] : ca me semblait évident que les [[Camarade/salarié-e]]s
299 étaient membres, et puis à bien réfléchir ce n’est pas si simple.
300 * [[Camarade/Severine]] : On observe (TODO : mettre une référence vers l’étude)
301 dans nombre d’[[Société/association]]s avec [[Camarade/salarié-e]]s
302 et [[Camarade/bénévole]]s, des divergences d’intérêts :
303
304 - intérêt social tiré par les [[Camarade/bénévole]]s,
305 - et intérêt économique tiré par les [[Camarade/salarié-e]]s.
306
307 * [[Camarade/Giampiero]] : ce serait bien que les [[Camarade/salarié-e]]s
308 continuent d’avoir la décision.
309 * [[Camarade/Romain]] :
310
311 - Ce serait bien que les [[Camarade/salarié-e]]s continuent d’avoir la décision.
312 - Autre point : pas nécessaire de lister toutes les discriminations qu’on ne fait pas.
313
314 * [[Camarade/Anne-Lise]] :
315 certaines [[Société/association]]s se protègent d’indélicatesse du côté
316 d’un-e salarié-e ou d’un-e [[Camarade/bénévole]] en détaillant l’Art. 4 donc
317 peut-être ajouter à l’art. « *et qui adhèrent en tout point à l’objet de l’association* ».
318 * [[Camarade/julm]] : il faut définir les catégories de membres
319 pour pouvoir après en parler
320 [[Camarade/salarié-e]]s, [[Camarade/bénévole]]s, usager-e-s et moraux.
321 commencer par identifier les choses avant d’en parler.
322 Après pour chaque catégorie de membre,
323 lister droit et devoir de membre, comment perd-on la qualité de membres ?
324 Plusieurs exemples de qualité de membres.
325
326 * [[Camarade/Severine]] : ok sur le fait que le pouvoir doit être structuré et
327 encadré mais je ne comprends pas pourquoi ça passerait par une différence de
328 statut des membres (bénévole, usager-e-s, etc)
329 * [[Camarade/Marie]] : idem et il ne faut pas se priver du fait que des
330 [[Camarade/bénévole]]s se manifestent comme tel à n’importe quel moment.
331 * [[Camarade/Anne-Lise]] : L’Art. 5 dit juste que l’[[Société/association]]
332 est constituée de membres, rien de plus.
333 C’est plutôt l’Art. 6 qui détail que parmi les membres
334 il y a des [[Camarade/bénévole]]s et des usager-e-s
335 * [[Camarade/Aline]] : préciser dans le [[Gouvernement/Document/Statuts]] que
336 le statut de [[Camarade/bénévole]]s est autodéfinit, usage
337 d’auto-responsabilisation, volonté de rester proche d’un fonctionnement
338 horizontal
339 * [[Camarade/PierreL]] : ça ne résout rien, n’importe qui peut se revendiquer
340 [[Camarade/bénévole]] et participe au [[Gouvernement/CA]].
341 * [[Camarade/Thomas]] : proposer à quelqu’un la posibilité de changer de
342 statut, responsabilise
343 * [[Camarade/Giampiero]] : pas d’intéret de le préciser dans les
344 [[Gouvernement/Document/Statuts]], trop grosse « *machine* », risque d’évincer
345 certaines personnes.
346 * [[Camarade/julm]] : je pense qu’il ne faut pas négliger
347 l’importance qu’il y a à ce que tous les membres du collectif de travail
348 se connaissent les un-e-s les autres, et qu’il est donc important
349 d’encadrer l’arrivée de nouveaux/nouvelles [[Camarade/bénévole]]s
350 ne serait-ce que déjà pour faire des présentations,
351 et reconnaître une volonté d’engagement envers le collectif.
352 * [[Camarade/Aline]] : fixer un statut de [[Camarade/bénévole]] rend compliquer
353 le cheminement personel vers l’engagement associatif ;
354 cela tue la souplesse, il faut laisser aux gens le temps d’avancer à leur rythme
355 * [[Camarade/PierreL]] : la responsabilité des [[Camarade/bénévole]]s
356 passe par l’égalité de tou-te-s les membres.
357 La démarche d’auto-reponsabilisation passe d’abrd en définissant
358 les [[Camarade/adhérent-e]]s comme égaux/égales (en droits et devoirs ?).
359 * [[Camarade/Anne-Lise]] : ok avec [[Camarade/PierreL]] d’encourager le [[bénévolat]]
360 en valoriant celleux qui ne s’investissent pas : illes peuvent être [[Camarade/bénévole]]s
361 comme les autres mais dans les faits ca passe par une relation particulière
362 entre une, deux, trois personnes, dans les faits ça passe par l’instauration d’une relation de confiance.
363 Ca ne passe pas par l’auto-proclamation mais par la reconnaissance des autres aussi.
364 * [[Camarade/PierreL]] : je prefere m’instaler dans une relation de confiance ,
365 plutôt que d’etre d abord méfiant et ensuite accorder ma confiance.
366 * [[Camarade/julm]] : tout à fait, mais la confiance a des niveaux
367 qui nécessitent du temps pour de se construire et se limiter,
368 et pour cela je voudrais juste déjà que cette confiance,
369 de donner les clés par exemple, ne se fasse pas de manière inter-personnelle
370 entre deux individu-e-s mais passe par une reconnaissance de l’engagement
371 devant le collectif, car sinon c’est continuer à nous condamner
372 ensuite aux reproches inter-personnels qui nous consumment et nous découragent actuellement,
373 car ni le collectif ni la personne accusée ne l’assument
374 et donc explorent les options pour surmonter les problèmes causés.
375 * [[Camarade/Severine]] : La révocation est quelque chose qui est très dur à faire et assumer, il vaut mieux anticiper.
376 * [[Camarade/Marie]] : je trouve cela important que les [[Camarade/bénévole]] se responsabilisent. je suis partagée
377 * [[Camarade/Severine]] : propose de faire une réunion d’information pour les
378 membres qui souhaitent s’investir,
379 ce qui pourait permettre de gagner du temps de presentation de l’[[Société/association]].
380 ce qui pourrait permetre une presentation de l’[[Camarade/adhérent-e]] a
381 l’[[Société/association]] sans que cela soit trop formel.
382 * [[Camarade/Giampiero]] : je suis pour qu’un [[Camarade/adhérent-e]] puisse
383 devenir [[Camarade/bénévole]] juste par un acte (ex : présence lors d’une
384 permanance) pas forcement formel
385 * [[Camarade/Anne-Lise]] : une presentation virtuel peut etre sufisante pour etre [[Camarade/bénévole]].
386 * [[Camarade/julm]] :
387 - Je pense qu’il faut s’efforcer fermement
388 à ce qu’il n’y ait pas deux sous-collectifs
389 socialement hermétiques dans le collectif de travail
390 (du genre un collectif « administratif » et un collectif de « terrain »)
391 - Se présenter et dire au *collectif de travail* :
392 « *bonjour j’ai envie de travailler avec vous parce que ci pour faire ça* »
393 ça permet que les choses ne se fassent pas de manière inter-personnelle
394 voire invisible et ça engage la personne.
395 Sans ça, si la personne fait quelque chose mal, comment le lui reprocher
396 puisqu’elle ne s’est pas engagée devant le collectif.
397 * [[Camarade/PierreL]] :
398 - Processus de délégation de pouvoir et de tâches important-e-s
399 doivent être explicité dans le [[Gouvernement/Document/Règlement_intérieur]]
400 et délibérés de manière collective, de manière à responsabiliser la personne
401 qui reçoit un pouvoir de manière collective.
402 - Ces personnes sont des [[Camarade/bénévole]]s.
403 Et dans les [[Gouvernement/Document/Statuts]]
404 on peut présenter les [[Camarade/bénévole]]s comme participent à la vie de
405 l’[[Société/association]] et à son fonctionnement.
406 * [[Camarade/Martin]] : je suis d’accord si tu entends que tous les
407 [[Camarade/adhérent-e]]-s sont des [[Camarade/bénévole]]s.
408 * [[Camarade/Marie]] : peut-on préciser que tout [[Camarade/adhérent-e]]-s
409 est [[Camarade/bénévole]]?
410 * [[Camarade/Martin]] : cf. « *[La tyranie de l’absence de structure](https://infokiosques.net/lire.php?id_article=2)* »
411 * [[Camarade/Paul]] : résumé : on définit un statut d’[[Camarade/adhérent-e]]
412 et un de [[Camarade/bénévole]], considérer que tou-te-s les
413 [[Camarade/adhérent-e]]-s sont des [[Camarade/bénévole]]s dès lors qu’ille
414 s’implique dans l’[[Société/association]]. Et stade +1, la prise de responsabilité, qui
415 implique validation collective.
416 * [[Camarade/Giampiero]] : la dynamique [[Camarade/bénévole]] est différente en
417 fonction de la manière dont on présente le fait d’être bénvole. Je suis pour un
418 statut d’[[Camarade/adhérent-e]]-bénévole dans les
419 [[Gouvernement/Document/Statuts]], unique où tout le monde l’est et une
420 différenciation dans le RI dans la description de la manière de faire telle ou
421 telle chose.
422 * [[Camarade/julm]] : le travail d’une personne qui trie des pièces pour autrui
423 ne peut pas être dissimulé et doit être reconnu.
424 Il y a bien des personnes qui utilisent le service et d’autres qui en plus,
425 donnent de leur énergie à la structure et ne sont pas seulement consommatrices,
426 en faisant cela elles se mettent d’elles-mêmes dans une démarche
427 de devenir [[Camarade/bénévole]]s,
428 et je souhaite que le *collectif de travail* s’efforce à discerner
429 ces personnes des usager-e-s, pour les intégrer à un.. travail collectif.
430 * [[Camarade/Aline]] : ça me gêne d’imposer un statut aux personnes avant qu’elles s’impliquent.
431 * [[Camarade/Giampiero]] : dire qu’il y a des usager-e-s et des
432 [[Camarade/bénévole]]s, ça ne me plaît pas mais je veux bien accepter par
433 contre je suis contre le fait qu’il faille valider une personne pour qu’elle soit [[Camarade/bénévole]].
434 * [[Camarade/julm]] : ce n’est pas de validation qu’il s’agit, mais d’articulation pour penser
435 ce que l’on doit attendre les un-e-s des autres
436 — opinions à un instant précis, compétences, vertus ou badges militants ne garantissent
437 en rien une bonne entente dans le collectif,
438 seule la structuration du collectif en des institutions claires, discutables et assumées
439 peuvent espérer gérer la violence inhérente à la condition humaine,
440 il s’agit :
441
442 - d’une : de rendre visible et de reconnaître le travail [[Camarade/bénévole]]
443 (qui se distingue de celui des usager-e-s par son but associatif et non seulement individuel
444 — but individuel tout à fait concevable néanmoins
445 car tout le monde n’a pas à se consacrer à notre association pour pratiquer sa [[vélonomie]],
446 et la cotisation est déjà beaucoup),
447 afin qu’**un** *collectif de travail* : [[Camarade/salarié-e]] **et** [[Camarade/bénévole]]
448 existe dans les faits **et** dans les pensées.
449 - de deux : que ce *collectif de travail* prenne ses responsabilités
450 en consacrant de l’énergie à ce que des procédures de travail concret
451 soient élaborées et documentées et que tou-te-s ses membres
452 y soient formé-e-s correctement,
453 de sorte que nous ne soyons pas une juxtaposition d’individus préoccupé-e-s
454 par le seul travail concret qui l’intéresse — critique pour l’[[Société/association]] ou pas,
455 et le faisant chacun-e comme bon lui semble,
456 sans s’accorder avec les besoins de ses pairs.
457 - et de trois : que le *collectif de travail*
458 puisse lorsque cela arrive, discuter, assumer et désamorcer
459 les problèmes qui nuisent aux conditions de travail de tout travailleur-euse,
460 au lieu de laisser les individu-e-s s’user en reproches individuels,
461 qui tôt ou tard achèveront le collectif.
462
463
464 Conclusion : division entre celleux qui font une différence entre usager-e-s
465 et [[Camarade/bénévole]]s, et celleux qui considèrent tou-te-s les
466 [[Camarade/adhérent-e]]-s comme [[Camarade/bénévole]]s.
467