Création et complétion de page
authorsp <severine@cyclocoop.org>
Tue, 10 Jun 2014 11:22:06 +0000 (13:22 +0200)
committersp <severine@cyclocoop.org>
Tue, 10 Jun 2014 11:22:06 +0000 (13:22 +0200)
Salariat/MAD.mdwn [new file with mode: 0644]

diff --git a/Salariat/MAD.mdwn b/Salariat/MAD.mdwn
new file mode 100644 (file)
index 0000000..41bdaf0
--- /dev/null
@@ -0,0 +1,235 @@
+[[!meta title="Mise à disposition de salarié-e-s"]]
+[[!sidebar var=TOC content=""" **Sommaire** [[!toc levels=3]]"""]]
+
+# Références
+
+## Références légales
+- Rapport Chaudron, févier 2009, sur les «tiers-employeurs»
+- Arrêt du 18 mai 2011 : appréciation de l'absence de but lucratif, du côté
+de l'entreprise prêteuse, mais également de l'entreprise utilisatrice.
+- Loi Cherpion, 28 juillet 2011, encadrement du prêt de main d'oeuvre.
+
+## Sources de l'analyse des références légales
+- <http://vosdroits.service-public.fr/professionnels-entreprises/F22542.xhtml>
+
+- «Mise à disposition de salariés :
+les nouvelles obligations de l'entreprise depuis la loi Cherpion de 2011», Françoise Pelletier et Karine Bézille,
+avocates, 5 juin 2012, pour les Rencontres LPA.
+
+- «Les mises à disposition de personnel entre associations», Alexis Becquart,
+12 juin 2007, complément à la note «Compte rendu des journées professionnelles prestatires DLA
+sur la mutualisation d'emplois» du 12 juin 2007.
+
+# Une pratique très réglementée
+Pour partager des emplois, plusieurs solutions existent, dont le groupement
+d’employeurs ou la mise à disposition de personnel. Il convient d’être 
+prudent-e-s en matière de mise à disposition de personnel.
+
+Dans le droit français, la mise à disposition de personnel n’a été conçue que 
+pour les structures habilitées, en particulier les sociétés d’intérim. Le
+principe général est donc que les associations loi 1901 en général, n’ont le droit 
+de pratiquer du prêt de main d’œuvre à « titre onéreux » ou «à but lucratif » sans 
+risquer une mise en cause au niveau pénal pour délit de marchandage. 
+
+Ce délit sanctionne les opérations de mise à disposition de personnel «à titre onéreux »
+effectuées dans le cadre de conventions dont c’est l’objet exclusif.
+
+Le risque de délit existe même si un seul salarié est concerné et même si la
+mise à disposition s’effectue sur une durée déterminée.
+
+Le prêt de main d’œuvre « à titre gratuit » 
+
+Pour que la mise à disposition soit légale, il faut qu’elle soit conforme à 
+l’objet statutaire de l’association qui la pratique. C’est le principe de la
+spécialité de l’objet. Le cas échéant, il faut modifier les statuts.
+
+Historiquement, le seul prêt de main d’œuvre autorisé était celui effectué « à
+titre gratuit ». Or, il n’était pas considéré que vendre en dessous du coût réel 
+correspondait à la définition « à titre gratuit ». « A titre gratuit » signifie 
+ne rien facturer du tout. Dès lors qu’on facture, même si c’est à l’euro/l’euro, 
+on réalise une opération « à titre onéreux ».
+
+# Prêt de main d'oeuvre exclusif, prestation de service, sous-traitance et opérations illégales : des réalités à ne pas confondre.
+
+## Distinction entre prêt de main d'oeuvre exclusif et sous-traitance
+
+### Le prêt de main d'ouvre exclusif
+
+- L'opération de prêt de main d'oeuvre exclusif consiste pour une entreprise 
+dite «entreprise prêteuse» a prêter un-e salrié-e pour une durée déterminée à
+une entreprise dite «utilisatrice», qui sera intégré-e à la communauté de travail;
+
+- Dans ce type d'opération, durant la mise à disposition, le-la salarié-e est
+placé-e sous l'autorité matérielle de l'entreprise utilisatrice. Même si le-la
+salarié-e prêté-e reste sous la subordination hiérarchique de son employeur
+(contrat ni rompu, ni suspendu);
+
+- L'opération, pour être licite, doit être **sans but lucratif**.
+
+### Sous-traitance / Prestation de service
+
+- Opération plus large que la seule fourniture de main-d'oeuvre;
+
+- L'opération sous-entend nécessairement un **but lucratif**;
+
+- Conformité avec le droit (licéité = caractère licite)
+       - Objet du contrat : le **savoir-faire sépcifique** du sous-traitant
+       - **Rémunération forfaitaire** de la prestation accomplie par le sous-traitant
+       - Modalités d'exécution du contrat : **encadrement** par le sous-traitant du
+personnel mis à disposition
+       - **Indépendance** du sous-traitant.
+
+## Distinction entre opérations licites et illicites
+
+### Infraction pénale liées à la fourniture de main d'oeuvre
+
+- **Délit de prêt de main d'oeuvre illicite** (art. L.8241-1 du code du travail) :
+toute opération à **but lucratif** ayant pour objet le prêt de main d'oeuvre exclusif
+est interdite;
+
+- **Délit de marchandage** (art. L.8231-1 du code du travail) : le marchandage, défini
+comme toute opération à **but lucratif** de fourniture de main d'oeuvre qui a pour objet de
+causer un **préjudice au-à la salaré-e** qu'elle concerne ou d'**éluder l'application de
+dispositions** légales ou de stipulations d'une convention ou d'un accord collectif de
+travail, est interdit.
+
+### Interdiction des prêts de main d'oeuvre exclusifs à but lucratif avant la loi du 28 juillet 2011
+
+## Caractérisation du but lucratif :
+- **Côté prestataire /prêteur** : le **profit** réalisé grâce à la différence entre le prix facturé
+pour la mise à disposition et le coût des salaires;
+- **Côté donneur d'ordre / entreprise utilisatrice** : l'**économie** réalisée, par exemple des coûts
+liés à l'emploi de salarié-e-s.
+
+## Sanctions des opérations illicites
+
+- Sanctions pénales :
+       - Personne physique : 2 ans d'emprisonnement et/ou 30 000€ d'amende.
+Peines complémentaires : affichage, interdiction de sous-traiter de la main d'oeuvre
+pour une durée de 2 à 10 ans;
+
+       - Personne morale : 150 000€ d'amende.
+Peines complémentaires : affichage, fermeture, interdiction d'exercice.
+
+- Sanctions civiles :
+       Nullité du contrat de prestation de service
+       Co-emploi
+       Dommages-intérêts en réparation du préjudice subi
+
+# Loi Cherpion du 28 juillet 2011 encadrant le prêt de m'ain d'oeuvre
+
+## Nouvelle définition du prêt de main d'oeuvre à but non lucratif
+
+### Art. L.8241-1 du code du travail complété (art. 40 de la loi Cherpion)
+*«Toute opération à **but lucratif** ayant pour objet exclusif le prêt de m'ain d'oeuvre
+est **interdite**»* (Disposition inchangée)
+
+*«Une opération de prêt de main d'oeuvre **ne poursuit pas de but lucratif lorsque l'entreprise
+prêteuse ne facture à l'entreprise utilisatrice, lors de la mise à disposition, que les
+salaires versés au salarié, les charges sociales afférentes et les frais professionnels
+remboursés à l'intéressé au titre de la mise à disposition**»*
+
+Changement de logique : la caractérisation du but lucratif est fait exclusivement du
+point de vue de l'entreprise prêteuse.
+
+- L’entreprise prêteuse ne peut refacturer à l’entreprise
+utilisatrice que :
+       - Les salaires versés au salarié (salaire de base et primes),
+       - Les charges sociales afférentes
+       - Les frais professionnels remboursés à l’intéressé au titre de la
+mise à disposition
+               - déplacement, hébergement,
+               - mais quid des frais de cantine ou de médecine du travail ?
+
+- Les interrogations restantes
+       - Frais de gestion de la société prêteuse
+               - Facturation non prévue par la loi Cherpion
+               - Etat du droit « antérieur »
+                       - Réponse ministérielle du 10 mai 1999 (JO AN 20 mars 2000) : 
+« frais modérés et justifiés »
+                       - Jurisprudence plus rigoureuse 
+                       - ANI de 2009
+       - Articulation de la loi avec la jurisprudence antérieure de la
+Cour de cassation et la définition des infractions pénales
+               - Maintien de la jurisprudence en cas de non application des nouvelles
+règles de mise en œuvre ou de « détournement » de la loi (recours
+systématique à de la mise à disposition, mise à disposition longue durée
+ou à durée indéterminée, etc.)
+
+### Convention entre l'entreprise prêteuse et l'entreprise utilisatrice
+*«2° Une convention de mise à disposition entre l'entreprise prêteuse et l'entreprise
+utilisatrice définit la **durée** et mentionne l'**identité et la qualification du salarié concerné**,
+ainsi que le **mode de détermination des salaires, des charges sociales et des frais professionnels**
+qui seront facturés à l'entreprise utilisatrice par l'entreprise prêteuse.»*
+
+Autres clauses de la convention :
+- motif de recours à la convention
+- gestion du-de la salarié-e mis-e à disposition : organisation de la mission, délivrance des
+instructions, contrôle d'exécution.
+
+### avenant au contrat de travail du salarié «prêté»
+*«3° Un avenant au contrat de travail, **signé par le salarié, précisant le travail confié dans
+l'entreprise utilisatrice, les horaires et le lieu d'exécution du travail, ainsi que les
+caractéristiques particulières du poste de travail**» devra être rédigé.
+
+NB : s'agissant d'une modification du contrat de travail, la mention d'une période probatoire
+doit y figurer.
+
+## Nouvelles obligations issues de la loi Cherpion
+
+### Dossociation des pouvoirs «attributs» de l'employeur
+- Pouvoir de direction et pouvoir disciplinaire
+- Transfert de l'autorité matérielle (?)
+- Risque de co-emploi
+
+### Statut du-de la salarié-e vis-à-vis de l'entreprise prêteuse
+- **Contrat ni rompu, ni suspendu**
+- **Réintégration de droit** à l'issue de la mise à disposition : **même poste ou poste équivalent**.
+
+### Statuts collectifs applicables au-à la salarié-e
+- **Statut de l'entreprise prêteuse** : art. L. 8241-2 al. 11 (*«**il conserve le bénéfice de
+l'ensemble des dispositions conventionnelles dont il auraît bénéficié s'il avait exécuté
+son travail dans l'entreprise prêteuse**»)*
+
+- **Statut de l'entreprise utilisatrice** pour les **«conditions d'exécution du travail»** :
+durée du travail, travail de nuit, repos hebdomadaire, jours fériés, santé et sécurité
+(art. L. 1251-21 du code du travail).
+
+### Consultations obligatoires nouvelles des institutions
+représentatives du personnel
+- Du côté de l’entreprise prêteuse
+« Le comité d'entreprise ou, à défaut, les délégués du personnel de
+l'entreprise prêteuse sont consultés préalablement à la mise en œuvre
+d'un prêt de main-d'œuvre et informés des différentes conventions
+signées.
+Le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail de
+l'entreprise prêteuse est informé lorsque le poste occupé dans
+l'entreprise utilisatrice par le salarié mis à disposition figure sur la liste
+de ceux présentant des risques particuliers pour la santé ou la sécurité
+des salariés mentionnée au second alinéa de l'article L. 4154-2. »
+
+- Du côté de l’entreprise utilisatrice
+« Le comité d'entreprise et le comité d'hygiène, de sécurité et des
+conditions de travail ou, à défaut, les délégués du personnel de
+l'entreprise utilisatrice sont informés et consultés préalablement à
+l'accueil de salariés mis à la disposition de celle-ci dans le cadre de
+prêts de main-d'œuvre. »
+
+# Situations professionnelles et difficultés persistantes
+
+## Mises à disposition de courte durée / partielles / successives
+Recommandation : signature d’une convention cadre et de conventions individualisées
+
+## Mises à disposition de salarié-e-s employé-e-s en contrat aidé
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+